in

Vessie hyperactive : quelles sont les solutions ?

On dit d’une personne qu’elle a une vessie hyperactive lorsqu’elle a des envies soudaines et incontrôlées d’uriner. Il s’agit d’un mal qui peut être paralysant dans la vie quotidienne. Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions pour traiter la vessie hyperactive. Quelles sont-elles ?

Utiliser des protections urinaires pour lutter contre l’incontinence

Vous retrouverez sur le marché et notamment sur O Plus Médical, des protections urinaires que vous pouvez utiliser lorsque vous avez une vessie hyperactive. Notez toutefois que le choix de la protection doit être fait en fonction de certains paramètres qui sont le type d’incontinences et le sexe.

Ainsi, si vous souffrez d’une incontinence urinaire légère à modérée, les protections anatomiques sont celles qu’il faudra privilégier. Vous pourrez d’ailleurs trouver ce type de produits sur Tena, spécialiste de l’incontinence pour adultes. Dans le cas d’une incontinence urinaire sévère à l’instar de l’hyperactivité vésicale, optez pour les slips absorbants.

Le change complet est la solution vers laquelle peuvent se tourner les personnes qui, en raison de l’incontinence urinaire, sont alitées. Soulignons que l’action de cette protection urinaire peut être renforcée grâce à des alèses jetables que vous utiliserez pour couvrir le fauteuil ou le lit de la personne souffrante. Vous pouvez enfin utiliser des couches absorbantes afin de permettre à une personne qui a une fuite urinaire de ne pas mouiller ses dessous. Cela sert notamment aux personnes âgées qui ne peuvent parfois plus se rendre aux toilettes.

Se tourner vers les traitements médicaux pour une vessie hyperactive

Les traitements médicaux qui ont fait preuve d’efficacité dans le traitement de la vessie hyperactive peuvent être classés en plusieurs catégories. Vous avez d’une part, le traitement médicamenteux dont le rôle sera d’empêcher le neurotransmetteur qu’est l’acétylcholine de contracter le muscle de la vessie. Cela limite la pression exercée sur la vessie, et par ricochet, les fuites urinaires.

Il est possible d’autre part, de se faire injecter de la toxine botulinique dans le détrusor. Cela peut aider à réduire, voire neutraliser, les contractions involontaires. Pour rappel, le détrusor est la couche de muscle lisse qui est située dans la paroi de la vessie. C’est ce muscle qui est attaqué lorsqu’on parle de vessie hyperactive.

Les consultations chez le kinésithérapeute peuvent par ailleurs constituer un traitement efficace en cas de vessie hyperactive. Le spécialiste vous apprendra en effet à réaliser des exercices qui renforceront la tonicité des muscles de votre plancher pelvien. Ainsi, vous apprendrez peu à peu à vous retenir plus longtemps.

Intégrer des systèmes collecteurs au traitement de votre vessie

L’autre solution vers laquelle vous pouvez vous tourner si vous avez une vessie hyperactive est le système collecteur. Notez cependant qu’il s’agit d’un dispositif qui n’est utilisé qu’en dernier recours. Il se présente sous la forme d’un cathéter qui sera introduit dans la vessie. L’urine est alors recueillie dans une poche en plastique qui peut être fixée sur une des jambes du patient.

Quelques conseils d’usages pour lutter contre l’incontinence

Il n’est pas toujours évident de vivre au quotidien avec une vessie hyperactive, même lorsque des solutions sont mises en place pour améliorer les conditions de vie. L’urine peut en effet dégager des odeurs gênantes qui peuvent déranger vous et vos proches.

Pour éviter cela, vous pouvez bannir ou limiter de votre alimentation certains aliments comme les asperges qui accentuent l’odeur de l’urine. Si la consommation de certains aliments doit être évitée, celle d’autres est en revanche conseillée. Il s’agit notamment du jus de canneberge et d’un apport supplémentaire en vitamine C qui peuvent diminuer le pH de votre urine, ce qui limite les odeurs gênantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nutrition : pourquoi diversifier les sources de protéines ?

Partir en randonnée : quel est le matériel nécessaire ?