in

Tout savoir sur le transport sanitaire et le transfert médical !

Dans le cadre d’un transfert médical, il est nécessaire de choisir son mode de transport. Bien qu’il en existe plusieurs, les plus adaptés et les plus courants sont le véhicule sanitaire léger ou VSL et l’ambulance. Ces deux types de transport permettent de transférer un patient d’un hôpital à un autre dans les conditions requises, mais l’un est privé et l’autre non. Les deux effectuent des missions différentes. Afin de mieux connaître ces types de transport sanitaire, voici quelques informations.

Utilisation d’un véhicule sanitaire léger pour le transport : quelles sont les règles ?

En fonction de l’état du patient, le véhicule de transport sanitaire adapté sera choisi pour éviter les surcoûts, ou de payer pour un service dont vous n’avez pas besoin. Il existe trois formes d’ambulance.

  • En premier, vous avez l’ambulance légère. Ce véhicule est le plus adapté au transport de patients dont l’état ne requiert pas des soins d’urgence et pour les personnes à mobilité réduite. Dans la majorité des cas, ces ambulances sont demandées par un centre de santé ou par le patient. La plupart des véhicules qui effectuent ce genre de missions sont généralement privés.
  • Dans les cas où il faut surveiller et dispenser des soins aux patients, le véhicule adapté est l’ambulance de soins d’urgence, souvent affrétée par le SAMU.
  • Enfin, l’ambulance de soins intensifs permet le transport d’urgence, la surveillance et les soins intensifs. Elle est dotée de l’équipement médical nécessaire pour la réanimation.

En faisant appel à une ambulance à Verdun ou sa région par exemple, vous pouvez être sûr de bénéficier d’un transport sanitaire dans les meilleures conditions. Le service de transfert médical par ambulance privée est disponible tous les jours et à n’importe quelle heure, et il répond à toutes les demandes d’intervention. S’il s’agit d’un trajet conventionné pour aller effectuer des soins ou vous emmener à l’aéroport, vous pouvez appeler le service à son numéro. Le transport peut se faire en véhicule léger, en taxi conventionné ou en minibus adapté selon les besoins.

Le tarif du transport médical par VSL est défini comme celui d’un taxi. En d’autres termes, le coût de ce transport est établi par rapport aux kilomètres effectués. Cependant, les frais de déplacement pour un transport sanitaire peuvent faire l’objet d’un remboursement par votre assurance. Mais ce remboursement est soumis à condition, il faut que le transfert médical soit prescrit, puis réalisé via un véhicule conventionné et sur un trajet conventionné.

Il appartient au prescripteur de sélectionner le moyen de transport le plus adapté au transfert et les modalités de prise en charge du patient, selon son degré d’autonomie ou son état de santé. Dans certains cas, l’accord de l’Assurance Maladie doit être obtenu avant la prescription, et dans d’autres cas la prise en charge sera intégrale (victime d’un acte terroriste par exemple). Ce peut être au titre d’une affection de longue durée (ALD), ou d’un handicap reconnu par exemple.

L’ambulance privée réservée au transfert médical

Généralement, que ce soit dans les films ou dans la vie réelle, lorsqu’une personne fait un malaise ou qu’elle doit être transférée dans un autre centre de santé, on fait appel à une ambulance. On sait que ce véhicule est particulièrement adapté et aménagé, apte à assurer le transport des personnes blessées ou malades vers un centre sanitaire public ou privé. Mais les ambulances privées sont plutôt requises pour réaliser le transport des patients fragilisés ou à mobilité réduite entre leur domicile et les hôpitaux, les cliniques, les établissements spécialisés et les centres de soins.

En dehors de l’ambulance, il est possible d’utiliser un véhicule sanitaire léger (VSL) afin d’assurer un transfert médical, pour transporter le malade de son domicile à l’hôpital et vice versa si son état n’est pas alarmant. Le transfert médical par VSL se fait en position assise ou couchée, dans les meilleures conditions possible. Il n’y a pas d’équipe médicale, mais le chauffeur est formé et expérimenté, et se charge de le conduire dans un centre sanitaire. Néanmoins, le véhicule sanitaire léger dispose de tout le matériel nécessaire pour prodiguer les premiers soins.

Le véhicule est également doté de l’équipement indispensable pour le transfert des fauteuils roulants et lits médicalisés ainsi que l’apport des premiers soins, en cas d’urgence. Pour que le service proposé soit réellement performant, le personnel est compétent, réactif et doté des qualifications nécessaires. Il s’agit d’un personnel médical apte à s’occuper du patient jusqu’à son arrivée à l’hôpital ou pour le reconduire chez lui. Ce sont des professionnels ponctuels, fiables et discrets qui sauront prendre soin de vous.

En contactant une ambulance pour le transport d’un malade, vous bénéficiez automatiquement d’une équipe d’infirmiers, d’ambulanciers et d’un chauffeur (parfois chauffeur-ambulancier) capables de transférer les PMR, le fauteuil ou le lit de soins et le matériel médical en toute sécurité.

Quelles sont les dispositions légales régissant le fonctionnement des ambulances ?

Afin de garantir un maximum de confort aux personnes qui doivent bénéficier d’un transport médical, les ambulances privées et les ambulanciers doivent respecter des règles. Celles-ci sont établies par le Ministère de la Santé Publique. Le Ministre qui dirige ce service énonce des exigences que toutes les ambulances doivent respecter sans exception. Ces normes sont donc relatives à l’état du véhicule qui assurera cette prestation ainsi que sur le matériel médical de l’ambulance.

Par conséquent, toutes les ambulances doivent disposer de l’équipement pour les premiers soins à savoir, le défibrillateur, l’oxygène, les perfusions, la surveillance des constantes, etc. Les professionnels de l’équipe médicale d’ambulance doivent être en mesure de fournir les premiers soins et les techniques de réanimation telles que le massage cardiaque ou la défibrillation en fonction de la situation. En outre, toute ambulance a l’obligation de respecter les caractéristiques externes de ce type de véhicule, établies par l’Arrêté Ministériel du 6 juillet 1998. Aussi, les inspecteurs de l’hygiène font usage d’une liste de contrôle très stricte pour s’assurer de l’application effective de toutes les règles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Augmentation mammaire : une thérapie de réparation par le corps

Comment adapter une salle de bain pour les seniors ?