in

Les bons réflexes face à une perte d’autonomie

Difficulté à se nourrir, à se déplacer, à s’habiller, perte de mémoire… La perte d’autonomie entraine une situation de dépendance chez les seniors. Causé généralement par une maladie, un accident ou un déclin physique dû à l’âge, ce phénomène implique la nécessité d’une aide pour l’accomplissement des tâches courantes de la vie quotidienne. Pour mieux gérer la perte d’autonomie, voici quelques solutions importantes à privilégier.

Perte d’autonomie : recourir à une aide à domicile pour des soins adéquats

S’il est bénéfique de rester chez soi pour faire face à la perte d’autonomie, le logement devra s’y prêter (aménagement idéal pour éviter d’éventuels chutes et accidents, chambre de plain-pied…). De nombreux services d’aide à domicile proposent à ce titre une gamme diversifiée de services, entre de simples tâches ménagères et une prise en charge générale du senior. Dans cette optique, n’hésitez pas à consulter ce que propose Besoindaide.eu pour profiter de différents services de qualité dispensés par des auxiliaires de vies formés à la prise en charge des personnes âgées et handicapées. Vous pouvez faire appel à une aide à domicile notamment pour le ménage, l’aide à la toilette, l’aide au repas, une garde de nuit ou encore pour les déplacements.

À la faveur du développement des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), les personnes âgées les plus dépendantes en perte d’autonomie bénéficient également d’une prise en charge adaptée à leurs besoins.

Opter pour une maison de retraite pour les cas plus délicats

Face à des circonstances plus complexes de perte d’autonomie, le recours à une maison de retraite médicalisée (ou EHPAD) se révèle indispensable. Spécifiquement destiné à la prise en charge des personnes en perte d’autonomie, ce type d’établissement dispose de médecins, de kinésithérapeutes, d’infirmiers et d’aides-soignantes à même d’assurer un service de soins sans interruption. Si les chambres s’avèrent privatives, les prestations quant à elles restent collectives (entretien du linge, restauration…). Entre les ateliers de mémoire et la gymnastique douce, les résidents y bénéficient de diverses sortes d’animations pour la préservation de leur autonomie.

Perte d’autonomie : miser sur la colocation intergénérationnelle

Très médiatisée de nos jours, la colocation intergénérationnelle implique qu’un étudiant se loge chez votre proche du troisième âge. À ce titre, différentes formules s’offrent à vous induisant un certain niveau d’implication de la part du jeune locataire en échange du paiement d’une somme forfaitaire du loyer. L’avantage réside dans la garantie de profiter de la présence d’un jeune, une solution rassurante auprès de votre proche qui pourra maintenir tous ses repères. En revanche, il faudra accepter l’installation d’une autre personne dans la chambre d’à côté, ce qui implique un investissement des deux côtés.

Choisir une famille d’accueil pour une meilleure ambiance

Intégrer une famille d’accueil permet de profiter des soins en permanence, et ce, dans un entourage familial. Si vous souhaitez procurer une bonne ambiance quotidienne à votre proche loin de son domicile, cette option est sans doute le choix idéal. Qui plus est, elle reste moins onéreuse qu’une maison de retraite.

Toutefois, contrairement à l’offre d’une aide à domicile, la personne souffrant d’une perte d’autonomie devra changer complètement d’environnement. Dans cette perspective, la qualité de la famille d’accueil apparait comme un facteur primordial à ne pas négliger.

Plusieurs options s’avèrent favorables pour faire face à une perte d’autonomie. En fonction du niveau d’évolution des difficultés et des besoins de votre proche, vous pourrez opérer un choix sur mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lithothérapie : comment choisir sa pierre ?

L’amour : chimie ou compromis ?