in

Milieu médical : des mesures d’hygiène encore plus strictes avec les nouveaux variants

Pour se mettre à l’abri des bactéries et des virus, et plus spécifiquement de la Covid-19 qui sévit depuis quelques mois, les agents de santé sont invités à redoubler de vigilance. Dans les centres de santé, les mesures d’hygiène doivent être renforcées, non seulement dans l’intérêt du personnel soignant, mais également pour protéger les patients. Si vous travaillez dans le milieu médical, voici quelques équipements qui vous aideront à réduire le risque de transmission des infections au sein de votre établissement.

Les accessoires à usage unique pour renforcer les mesures d’hygiène dans le cadre hospitalier

Même si l’hôpital est un centre destiné à guérir différents types de maladies, il peut constituer un véritable nid pour les virus si aucune mesure d’hygiène n’est prise. D’ailleurs, il arrive qu’au cours de leur séjour à l’hôpital, certains patients contractent des infections autres que celles qu’ils étaient venus faire soigner. On parle dans ce cas d’infections nosocomiales. Dans ce genre de situation, la responsabilité juridique du centre de santé peut être engagée afin que le patient puisse être dédommagé.

Pour éviter ces événements qui entachent la réputation des centres de santé, le personnel doit mettre tout en œuvre pour respecter à la lettre les mesures d’hygiène, surtout en cette période où sévit la crise sanitaire de la Covid-19. Pour limiter tout risque de transmission, vous devez, en tant qu’agent de santé, opter pour l’utilisation d’accessoires à usage unique.

Entre autres, vous pouvez opter pour la combinaison jetable avec capuche, les surchaussures en non-tissé, le tablier jetable, le masque chirurgical, les manchettes jetables élastiquées, la charlotte, la blouse chirurgicale à usage unique, le pantalon de protection à usage court, la blouse de soins stérile et les gants latex poudrés ou en vinyle. N’hésitez pas à vous rendre sur https://www.vetdepro.com/ pour trouver ces équipements médicaux à usage unique.

Le masque chirurgical

Cet accessoire médical a pour rôle de limiter la propagation des virus et bactéries en provenance du nez, de la bouche et des voies respiratoires du porteur, vers son environnement immédiat. Concrètement, le masque respiratoire se charge de maintenir les postillons ou gouttelettes respiratoires dans un écran filtrant non tissé capable de comporter une couche imperméable. C’est ainsi que l’entourage immédiat du porteur du masque est mis à l’abri d’une éventuelle contamination microbienne.

Néanmoins, l’efficacité d’un masque chirurgical dépend de plusieurs facteurs, dont sa conception et son ajustement. Cette efficacité diminue considérablement au bout de quelques heures porté. Pour optimiser son efficacité, vous devez donc le porter correctement, mais également vous en débarrasser dans un intervalle de temps raisonnable.

En réalité, le masque chirurgical était dans un passé encore récent l’apanage des chirurgiens, ou de tout professionnel de santé participant à une intervention chirurgicale. Son rôle initial est de garantir la protection du champ opératoire stérile et d’éviter au patient opéré une éventuelle infection. Mais avec l’avènement de la pandémie mondiale, le port de masque est devenu obligatoire pour tous les agents de santé.

La charlotte médicale

La charlotte médicale est un accessoire à usage unique dont le rôle est de maintenir un milieu stérile, en l’occurrence lors des interventions chirurgicales. La charlotte aide à éviter la dispersion de vos cheveux un peu partout.

Si elle est préférée à d’autres couvre-chefs, c’est notamment en raison de ses nombreux avantages. En effet, la charlotte se distingue par sa grande légèreté. Elle ne vous encombrera pas pendant la réalisation de vos tâches. De plus, elle est hygiénique, puisqu’elle se jette immédiatement après utilisation. Enfin, elle est conçue avec du polypropylène non tissé, une matière qui offre une excellente respirabilité, et surtout une haute résistance de la coiffe.

La tenue professionnelle en milieu médical

La tenue professionnelle du personnel soignant a pour but de participer à la lutte contre la transmission croisée des infections : patients-soignants, soignants-patients, patients-patients. Elle vise également à contribuer au respect du patient, à travers la fourniture des soins de qualité. En réalité, la tenue professionnelle en milieu médical englobe beaucoup d’éléments.

Les prérequis

Dans l’optique de vous protéger vous-même et vos patients contre les risques d’infections, vous devez observer certaines règles élémentaires. À cet effet, il est capital d’adopter une bonne hygiène corporelle quotidienne. Vos cheveux doivent être bien attachés, et toujours propres. Si vous avez des mèches non attachées, le port de charlotte doit être un réflexe. Dans tous les cas, assurez-vous de toujours avoir un visage dégagé.

Si vous portez des lunettes de vue, veillez à ce qu’elles soient propres en permanence. Les chaînes et les boucles d’oreilles doivent normalement demeurer discrètes. Quant aux piercings, ils sont à éviter. En outre, il est déconseillé aux agents de santé de mettre des vêtements personnels par-dessus la tenue professionnelle.

En général, les agents de santé travaillent principalement avec leurs mains. C’est cette partie de leurs corps qui est le plus en contact avec les patients, donc à la fois, la plus exposée aux différents risques, et un potentiel vecteur de transmission. En tant que personnel soignant, vous devez donc veiller à ce que vos mains soient hygiéniquement irréprochables. Pour cela, vous devez garder vos ongles courts. En principe, ils ne doivent pas dépasser la pulpe des doigts. Dans la même logique, les faux ongles sont à éviter, ainsi que le vernis (même incolore), la résine et le gel.

Le port de bijoux à l’avant-bras et sur les mains est strictement prohibé. Cela inclut bien évidemment l’alliance. Enfin, vous devez vous assurer de bien nettoyer vos mains avant de revêtir votre tenue professionnelle, et après l’avoir retirée.

La tenue

La tenue professionnelle en milieu médical se substitue aux vêtements classiques et aux chaussures de ville. Elle est revêtue dans un vestiaire spécialement aménagé au sein du centre de santé. Pour des raisons de cohésion, chaque corps médical dispose d’une tenue professionnelle standard qui le distingue d’un autre. Cette répartition est souvent faite grâce à des couleurs distinctes. Dans tous les cas, quelle que soit votre spécialité, il existe des bases auxquelles votre tenue ne doit pas déroger. En effet, pour des raisons d’hygiène, de confort, d’ergonomie et de sécurité, votre tenue de travail doit s’adapter à votre morphologie et à votre activité.

D’une manière générale, la matière recommandée pour les vêtements médicaux est le mélange coton et polyester. En plus de ne pas émettre de fibrille, son entretien est favorable à un lavage à haute température. Son adhérence aux micro-organismes est très faible.

En ce qui concerne la composition de la tenue professionnelle, il s’agit d’une tunique et d’un pantalon. Ces deux composants sont indissociables. La tunique doit être à manches courtes. Elle doit disposer d’un système d’ouverture qui facilite le retrait et qui permet d’éviter un éventuel contact entre la tenue et le visage. De plus, elle doit être suffisamment longue afin de couvrir le haut des cuisses. Pour ce qui est du contenu des poches (stylos, badge, montre, clés, etc.), il est recommandé qu’il soit limité, et surtout maintenu à l’intérieur. À la fin de chaque journée de travail, ce contenu doit être nettoyé et désinfecté.

Quant au pantalon, il doit être droit et avoir une longueur convenable. Il est déconseillé de porter des pantalons avec des bas retournés. Par ailleurs, dans le milieu médical, le port de chaussures adaptées au milieu est obligatoire. Celles-ci doivent demeurer propres, être lavables, antidérapantes, non bruyantes, fermées sur l’avant du pied et protéger ainsi les orteils. Les tongs et les chaussures ouvertes sont vivement déconseillées.

Il existe quelques rares accessoires que les agents de santé sont autorisés à porter, en plus de la tenue professionnelle classique. Il s’agit par exemple de la veste passe couloir (VPC) dont le rôle est de les protéger contre le froid. Elle se met exceptionnellement sur la tenue professionnelle. Elle ne doit pas être portée lors de la fourniture des soins aux patients, mais plutôt aux heures de pause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancer colorectal : quand faire un dépistage ?

Consommez local !